accueil
Revenir aux autres cours 3ème
 Revenir à tous les cours

 

partie 1         partie 2          partie 4

partie 1                    partie    2                    partie 4

Cours de 3ème d'histoire et de géographie Partie 3

Aller directement à l'éducation civique

 

PARTIE 3 : LA Triade : les puissances économiques majeures.  

CHAP1 : Les Etats-Unis d’Amérique, 1ère puissance mondiale *

I) Les fondements de la puissance américaine *

A) La maîtrise de l’espace *

a. L’immensité du territoire : un atout incontestable *

b. Le défi de la maîtrise des distances *

c. Un sous-sol aux ressources abondantes *

B) Le troisième pays le plus peuplé du monde *

a. Un pays d’immigrants *

b. Le peuplement très inégal, mais une population mobile *

c. Une population majoritairement urbaine *

C) Le modèle américain *

a. Des valeurs anciennes *

b. Le capitalisme américain *

c. Un modèle attractif *

Pour plus d’éléments sur les U.S.A. *

II-1) Les ressources *

A) L’espace *

a. Un très vaste territoire *

b. Un territoire varié *

c. Un territoire maîtrisé *

B) La nature *

a. L’eau, les sols, la forêt *

b. Le sous-sol *

II-2) Le poids démographique *

A) Une population nombreuse et variée *

a. 270 millions d’habitants *

b. Une population d’immigrants *

c. Des minorités variées *

B) Une population mobile et urbaine *

a. Des migrations internes importantes *

b. Une population fortement métropolisée *

II-3) Les manifestations de la puissance américaine *

A) La première économie mondiale *

a. La première agriculture mondiale *

b. La première industrie mondiale *

c. Un secteur tertiaire dominant *

B) L’hégémonie américaine *

a. La puissance commerciale et financière *

b. Les « gendarmes » de la planète *

c. La domination scientifique et culturelle *

II-4) Les Etats-Unis, première puissance économique du monde *

A) Les Etats-Unis, première industrie du monde *

a. Une industrie puissante mais inégalement dynamique *

b. De grands groupes industriels organisent la production *

B) Les Etats-Unis, première agriculture du monde *

a. Une production abondante, variée et largement exportée *

b. Un système agricole très moderne *

C) Les Etats-Unis, première puissance commerciale du monde *

a. La domination américaine des échanges mondiaux de marchandises, de capitaux, de services *

b. Une domination fondée sur le libre-échange *

Chap 2 : Le Japon *

I) Un espace réduit et une population très dense *

A) La maîtrise du territoire *

a. Le manque d’espace *

b. Des contraintes naturelles importantes *

c. Le Japon et la mer *

II)La seconde puissance économique mondiale *

A) L’industrie japonaise *

a. Une puissante industrie *

b. De grandes capacités innovatrices *

c. Une puissance commerciale et financière *

d. Les fleurons de l’industrie japonaise *

B) Le Japon dans le monde *

a. Le Japon après 1945 *

b. La 3ème puissance mondiale *

b. Le Japon créancier et investisseur *

c. Le Japon en Asie du Sud-Est *

B) Les limites de la puissance *

a. Une économie fragile *

b. Une puissance incomplète *

III) la société japonaise *

 

Chap 3 : L’Union européenne *

L’Union européenne, puissance économique et commerciale *

I) Les bases de la puissance économique européenne *

A) Une puissance agricole *

B) Une puissance industrielle *

C) Une puissance tertiaire *

II) La première puissance commerciale du monde *

A) 40 % des échanges mondiaux *

B) Un marché commun qui stimule les échanges *

C) Un marché intérieur actif *

D) La politique commerciale de l’Union européenne *

III) Les limites de la puissance européenne *

A) Une puissance hétérogène *

B) Un chômage qui reste fort *

C) Une monnaie qui peine à s’imposer *

PARTIE 3 : LA Triade : les puissances économiques majeures.

CHAP1 : Les Etats-Unis d’Amérique, 1ère puissance mondiale

I) Les fondements de la puissance américaine

A) La maîtrise de l’espace

a. L’immensité du territoire : un atout incontestable

Les 50 Etats américains s’étendent sur 9,3 millions de km2 (4e superficie mondiale) et présentent des milieux naturels variés. En outre, l’étalement des climats permet de vastes potentialités agricoles.

b. Le défi de la maîtrise des distances

Les moyens de transport sont efficaces et variés (routes, trains, avions, canaux), mais les réseaux restent plus lâches à l’Ouest qu’à l’Est.

c. Un sous-sol aux ressources abondantes

Ces matières premières (minerais, charbon, hydrocarbures) constituent une véritable richesse, mais qu’il convient de préserver. En effet, si les Etats-Unis sont parmi les premiers producteurs de certaines sources d’énergie comme le pétrole, ils en sont aussi les premiers consommateurs et donc les premiers importateurs.

L’essentiel
L’espace maîtrisé et la richesse du sous-sol sont des atouts pour le développement des Etats-Unis.

B) Le troisième pays le plus peuplé du monde

a. Un pays d’immigrants

Le rêve américain a attiré de nombreux immigrants. Venus d’Europe au XIXe siècle, ils sont aujourd’hui originaires d’Amérique du Sud et d’Asie. Les minorités (noires et hispaniques principalement) ont soutenu la croissance démographique, mais ne bénéficient toujours pas de la même qualité de vie que les WASP. Le « melting-pot » américain reste donc un mythe, comme en témoignent les ghettos des grandes villes.

b. Le peuplement très inégal, mais une population mobile

Si le Nord-Est, et surtout la mégalopolis, reste la région la plus peuplée, les migrations intérieures se font aujourd’hui vers le Sud et l’Ouest, où se situent les Etats dynamiques économiquement (la Sun Belt).

c. Une population majoritairement urbaine

Sur 300  millions d’Américains, 80 % vivent en ville, en majorité dans les grandes métropoles (les principales étant : New York, Los Angeles et Chicago). Ils habitent de préférence dans les grandes banlieues pavillonnaires, tandis que les centres-villes sont laissés au monde des affaires (CBD) et parfois aux quartiers défavorisés.

L’essentiel
La population nombreuse et mobile est un facteur de puissance. Les Etats-Unis reste un foyer d’immigration majeur dans le monde.

C) Le modèle américain

a. Des valeurs anciennes

L’individualisme, le culte de l’initiative et de l’effort, qui doivent animer le « self-made man » (tel Bill Gates), sont le fondement du modèle américain. La réussite permet d’accéder, en principe pour tous, à l’« American Way of Life ».

b. Le capitalisme américain

La liberté d’entreprendre et la pugnacité des entreprises participent à la réussite des Etats-Unis. Efficace économiquement, ce système crée de grandes inégalités et favorise peu la prise en charge des plus démunis (allocations, Sécurité sociale, etc.).

c. Un modèle attractif

Le succès de ce modèle et sa diffusion permettent aux Etats-Unis de conforter leur leadership. Les Etats-Unis incarnent toujours le « rêve américain », qui attire les migrants et amène les peuples du monde entier à vouloir copier leur mode de vie.

L’essentiel
Les potentialités de son territoire, le dynamisme de sa population, ainsi que ses valeurs sont les premiers fondements de la puissance américaine.

 

Pour plus d’éléments sur les U.S.A.

II-1) Les ressources

A) L’espace

a. Un très vaste territoire

Avec 9,3 millions de km2, les Etats-Unis sont le quatrième plus grand pays du monde. D’est en ouest, ils sont parcourus par quatre fuseaux horaires. Ils possèdent de gigantesques façades océaniques. Cette immensité est facteur de puissance dans la mesure où elle offre une grande diversité géographique et où elle est maîtrisée par l’homme.

b. Un territoire varié

L’étendue du pays en latitude et l’orientation du relief entraînent une grande diversité des paysages et des climats. De grands massifs montagneux (les Rocheuses, les Appalaches), bordés de vastes plateaux, alternent avec des plaines immenses (Grandes Plaines). Les climats tempérés sont tous représentés (méditerranéen en Californie, océanique au Nord-Ouest, continental humide au Nord-Est) ; au Sud-Est, on trouve le climat subtropical (chaud, humide, capricieux); le Sud-Ouest est au contraire aride. Cette variété des milieux offre de nombreuses possibilités agricoles et touristiques.

c. Un territoire maîtrisé

Les Américains ont une bonne maîtrise de leur territoire. L’espace, motivation de la conquête aux XVIIIe et XIXe siècles (d’Est en Ouest), est quadrillé par un bon réseau de transports : chemin de fer, batellerie, puis autoroutes et réseau aérien. Le réseau de télécommunications y est très complet. Cet espace est mis en valeur. Il est organisé par une structure fédérale de 50 Etats dont la gestion est en partie autonome.

L’essentiel
Le territoire américain est immense, varié et maîtrisé.

 

B) La nature

a. L’eau, les sols, la forêt

Les Etats-Unis possèdent d’immenses bassins fluviaux, comme celui du Mississippi-Missouri, aux débits importants. Les Grands Lacs sont la deuxième réserve d’eau douce du monde. De vastes régions sont irriguées du fait de leur aridité, à l’ouest du 100e méridien. Les terres cultivables sont abondantes : les meilleurs sols se trouvent dans le bassin du Mississippi. La variété des sols permet la diversité des cultures et de l’élevage. Toutefois il existe des problèmes d’érosion et de pollution des sols. La forêt couvre un quart de l’espace, offrant une matière première et des lieux de promenade réputés (parcs nationaux, comme Yellowstone).

b. Le sous-sol

Les minerais sont abondants : phosphates, fer, cuivre, plomb. Mais les Etats-Unis possèdent surtout d’énormes réserves de charbon facilement exploitables. Les hydrocarbures (pétrole et gaz), même s’ils ne suffisent pas à la consommation, sont en quantité considérable, dans les gisements de Californie, d’Alaska et du golfe du Mexique. Cependant, comme l’eau, ces ressources s’épuisent.

L’essentiel
Les ressources des Etats-Unis sont à la fois abondantes et variées.

 

II-2) Le poids démographique

A) Une population nombreuse et variée

a. 270 millions d’habitants

Les Américains sont la troisième population du monde, loin derrière les Chinois ou les Indiens. Contrairement à eux, ils constituent un peuple dont la richesse moyenne est élevée et dont l’augmentation est faible (vieillissement de la population). Cette population offre un vaste marché ainsi qu’une main-d’œuvre abondante.

b. Une population d’immigrants

La population américaine s’est constituée par apports successifs d’immigrants.Après les Indiens arrivés dans l’Antiquité, les Européens ont peuplé le territoire entre le XVIe et le XXe siècle (Ibériques, Anglais, Irlandais, Ecossais, réfugiés d’Europe de l’Est...), de même que les Africains.

Sont venus ensuite des hommes d’Amérique centrale et latine, et d’Asie. Aujourd’hui, l’immigration légale est limitée par des quotas, tandis que l’immigration clandestine est importante (Mexicains).

Mais ces mouvements enrichissent culturellement le pays.

c. Des minorités variées

La population américaine, composée de minorités variées, est très bigarrée.

La majorité de la population est d’origine européenne. Les principales minorités sont les Noirs, les Hispaniques, les Asiatiques et les Indiens. Elles contribuent au rajeunissement de la population. Elles sont censées se fondre dans une culture commune : c’est le melting-pot. Mais il y a des résistances (communautarisme) et de profondes inégalités.

L’essentiel
La population américaine, nombreuse et diverse, est un facteur de dynamisme économique et culturel.

B) Une population mobile et urbaine

a. Des migrations internes importantes

Forts de leur mentalité de pionniers, les Américains déménagent plusieurs fois dans leur vie. Ils se déplacent souvent avec des mobile homes. Le Nord et le Nord-Est perdent des habitants au profit des régions du Sud et de l’Ouest, appelées Sun Belt : actifs et retraités sont attirés par le cadre de vie et on y trouve des emplois high-tech.
Voilà qui rééquilibre quelque peu une répartition inégale de la population, le Nord étant beaucoup plus peuplé que le Sud.

b. Une population fortement métropolisée

Près de 80 % des Américains sont des citadins. Ils vivent surtout dans de très grandes métropoles, situées dans le Nord-Est ou sur le littoral : la Mégalopolis, de Boston à Washington, Los Angeles, Chicago et Detroit... Mais ce sont les agglomérations de la Sun Belt qui gagnent le plus d’habitants. Cette métropolisation est un atout car la ville est le lieu de l’innovation, du contact et du pouvoir. Les villes sont constituées d’un centre où se côtoient quartiers dégradés peuplés de minorités et quartiers d’affaires avec gratte-ciel (CBD), et de banlieues tentaculaires.

L’essentiel
La population américaine, mobile et urbanisée, est apte au changement et à la modernité, mais elle connaît de fortes inégalités.

 

II-3) Les manifestations de la puissance américaine

A) La première économie mondiale

a. La première agriculture mondiale

Les Etats-Unis sont les premiers producteurs et les premiers exportateurs mondiaux de produits agricoles. Ils sont en effet en tête pour de nombreuses productions (maïs, soja, etc.).

L’agriculture américaine est performante et moderne. La mécanisation, l’utilisation d’engrais chimiques, la recherche génétique (OGM) contribuent à accroître sa productivité. De plus, elle est intégrée dans l’agrobusiness qui représente aujourd’hui 18 % du PNB.

b. La première industrie mondiale

Les Etats-Unis réalisent le quart de la production mondiale. Ils obtiennent les premiers rangs dans de nombreux secteurs (informatique, aéronautique, automobile, chimie...).

L’industrie américaine s’est transformée pour rester concurrente. Certains secteurs sont en déclin comme la sidérurgie ; d’autres, comme l’automobile, se sont adaptés. Mais le dynamisme de l’industrie repose essentiellement sur la haute technologie.

Les localisations industrielles ont aussi évolué. La Sun Belt accueille de nombreuses entreprises, nouvelles ou délocalisées, au détriment de la région industrielle traditionnelle du Nord-Est. Ce sont pour la plupart des industries de pointe qui s’installent dans des technopôles.

c. Un secteur tertiaire dominant

Les Etats-Unis sont les premiers exportateurs mondiaux de services et ceux-ci représentent les trois quarts du PIB. 75 % des Américains travaillent dans ce secteur, qui regroupe des administrations, des banques, des entreprises de communication, de transport, de tourisme.

L’essentiel
Les Etats-Unis ont la première agriculture et la première industrie du monde ; ils sont aussi les premiers exportateurs de services.

B) L’hégémonie américaine

a. La puissance commerciale et financière

Les Etats-Unis produisent le quart de la richesse mondiale et réalisent le quart du commerce international. Le dollar est la monnaie dominante et ils investissent dans le monde entier. Leurs principaux partenaires commerciaux sont l’Amérique latine, le Japon et l’Europe. Ces deux derniers sont aussi des concurrents qui tentent de renverser l’hégémonie économique des Etats-Unis, déjà fragilisés par un déficit commercial et un endettement chroniques.

b. Les « gendarmes » de la planète

Depuis la fin de la Guerre froide, le rôle politique des Etats-Unis s’est accru. Ils sont intervenus militairement dans de nombreux conflits comme au Koweït ou en Bosnie. Mais, derrière les mandats de l’ONU dont ils sont membres fondateurs et membres du Conseil de sécurité, ils défendent surtout leur propre intérêt.

c. La domination scientifique et culturelle

L’avance scientifique et technologique des Etats-Unis sert leur domination économique. Elle est due aux moyens donnés à la recherche, mais aussi au « brain drain ». Le mode de vie américain, leur culture, se sont répandus dans le monde entier, servant de façon plus subtile encore leur domination.

L’essentiel
L’hégémonie des Etats-Unis est servie par sa puissance économique, financière et militaire ainsi que par sa capacité à exporter sa culture.

 

II-4) Les Etats-Unis, première puissance économique du monde

Pays au niveau de vie le plus élevé du monde, les Etats-Unis sont aussi le pays qui produit le plus de richesses, ce qui sert sa domination des échanges mondiaux.

A) Les Etats-Unis, première industrie du monde

a. Une industrie puissante mais inégalement dynamique

Même si leur part a diminué, les Etats-Unis fabriquent 30 % de la production industrielle mondiale. Ils occupent le premier rang pour l’automobile (General Motors, Ford), l’aluminium, la chimie. Ils excellent dans le domaine high-tech : informatique (IBM, Microsoft), aéronautique (Boeing, NASA). Mais les secteurs textile et sidérurgique subissent la concurrence (notamment des NPI) et connaissent la crise. Les hommes d’affaires préfèrent investir en bourse et dans les entreprises financières. L’automobile en revanche a su se moderniser, au prix de licenciements massifs.

b. De grands groupes industriels organisent la production

A côté d’une multitude de petites entreprises, de grandes firmes, pour la plupart internationales, assurent une grande partie de la production. Leurs sièges sont situés dans le Nord-Est tandis que les unités de production se trouvent de plus en plus dans la Sun Belt (ex. : la Sillicon Valley). Elles bénéficient d’un excellent secteur de services dont le personnel est souvent très qualifié (banques, assurances, conseil juridique, publicité...).

L’essentiel
Les Etats-Unis sont la première puissance industrielle mondiale. Si les industries anciennes subissent la crise, l’automobile, la chimie et toutes les industries de pointe dominent le marché mondial.

 

B) Les Etats-Unis, première agriculture du monde

a. Une production abondante, variée et largement exportée

Les Etats-Unis ont une gamme variée de productions (blé, tabac, coton, fleurs, légumes et bétail) dont ils détiennent souvent les premiers rangs (maïs, soja). L’essentiel de la production se fait dans de très grandes exploitations. La production dépassant les besoins, les Etats-Unis sont les premiers exportateurs et fixent les cours des denrées échangées.

b. Un système agricole très moderne

La production agricole des Etats-Unis est une production de masse, à bas prix ; c’est une agriculture productiviste, dirigée par de grandes firmes (Philip Morris, Coca-Cola), utilisant massivement machines, pesticides, engrais et espèces scientifiquement modifiées. L’agriculture est donc étroitement liée à l’industrie, aux laboratoires, et aux services (Mac Donald’s), avec lesquels elle forme l’agrobusiness. Lobby puissant, elle est aussi une arme mondiale.

L’essentiel
Les Etats-Unis sont la première puissance agricole mondiale. Appuyée sur des multinationales puissantes, cette agriculture occupe les premiers rangs pour de nombreuses productions et est intégrée à l’industrie : c’est l’agrobusiness.

 

C) Les Etats-Unis, première puissance commerciale du monde

a. La domination américaine des échanges mondiaux de marchandises, de capitaux et de services

Ils sont les premiers importateurs de biens de la planète : matières premières, énergies, voitures et informatique. Ils sont aussi les premiers exportateurs : produits agricoles, automobiles, high-tech, charbon... Ils forment la Triade avec le Japon et l’UE. Mais ils échangent aussi beaucoup avec le reste de l’Amérique (ALENA) et les pays du Pacifique (Dragons et Tigres).

b. Une domination fondée sur le libre-échange

Les Etats-Unis ont toujours défendu cette domination à travers le GATT puis l’OMC. Elle est aussi basée sur la suprématie du dollar comme monnaie d’échange. Mais face à la concurrence étrangère, les Américains aménagent le libéralisme en prenant des mesures protectionnistes face à certains produits.

L’essentiel
La puissance agricole et industrielle des Etats-Unis les place au cœur des échanges mondiaux, notamment avec les autres puissances de la Triade.

 

Chap 2 : Le Japon

Un espace réduit et une population très dense

378.000 km2/ 126 M hab > 335hab/km2

A) La maîtrise du territoire

a. Le manque d’espace

Les montagnes et les forêts (protégées par le shintoïsme) couvrent les trois quarts de l’archipel. La majorité des 126 millions de Japonais se concentre sur la « côte de l’endroit » (la côte Pacifique), plus particulièrement dans la mégalopole (bande urbaine au bord de la mer intérieure de Tokyo à Kitakyushu) qui regroupe 80 % de la population. Le manque de terres cultivables oblige le Japon à importer 50 % de ses besoins alimentaires. Plus 4 îles principales : Honshu, Hokkaido, Kyushu et Shikoku.

b. Des contraintes naturelles importantes

Le Japon est confronté à des séismes (1995 à Kobé, 5000 morts) et des tsunamis violents. De plus, son sous-sol est pauvre en matières premières et ressources énergétiques, qu’il est contraint d’importer.

c. Le Japon et la mer

Les Japonais ont très tôt brisé leur isolement en s’ouvrant sur la mer. Ils exploitent largement leur ZEE (Zone Economique Exclusive) en y pratiquant la pêche (le Japon occupe le quatrième rang mondial), l’aquaculture, mais aussi en aménageant des terres-pleins industrialo-portuaires le long des côtes.

L’essentiel
L’insularité japonaise est une forte contrainte qui pousse le pays à se tourner vers la mer.

 

La seconde puissance économique mondiale

A) L’industrie japonaise

a. Une puissante industrie

Le Japon obtient les premiers rangs mondiaux dans de nombreux domaines : industries lourdes, chantiers navals, automobile, électronique et jeux vidéo. L’industrie est dominée par de grandes entreprises internationales : les keiretsu.

b. De grandes capacités innovatrices

Aujourd’hui, la priorité est donnée à la haute technologie et à la recherche. Le MITI (ministère du Commerce international et de l’Industrie) joue à ce titre un rôle essentiel.

c. Une puissance commerciale et financière

Le Japon est devenu le troisième exportateur mondial. Sa balance commerciale est excédentaire grâce à l’efficacité des sogo shosha (sociétés de commerce japonaises), comme Mitsui ou Mitsubishi, et aux conseils avisés du MITI.
Les profits accumulés ainsi que l’épargne des ménages ont permis aux banques et aux entreprises d’investir dans le monde entier, particulièrement chez leurs principaux partenaires commerciaux : les Etats-Unis, l’Europe et l’Asie.

Le Japon assure 15 % de la production industrielle mondiale. De l’après-guerre au début des années 1990, sa croissance a été forte et son chômage faible. L’occupant américain, tout en imposant sa démocratisation, a permis la reconstruction d’un pays ruiné et vaincu et l’a engagé sur la voie d’un développement industriel innovant. La cohésion d’une société très hiérarchisée, avec une main-d’œuvre docile et travailleuse, la relative maîtrise des contraintes du territoire et les énormes investissements des entreprises et de l’Etat dans la recherche (création de nouveaux produits ou matériaux susceptibles de séduire une clientèle mondiale, dont ils anticipent les goûts) ont été autant d’atouts.

d. Les fleurons de l’industrie japonaise

Cela a d’abord été l’industrie lourde : fortement concurrencées et largement délocalisées aujourd’hui, la sidérurgie et la construction navale sont encore bien placées, contrairement au textile. Mais le Japon est surtout le premier constructeur mondial d’automobiles et de motos (Toyota, Nissan, Honda) : ces firmes s’implantent systématiquement à l’étranger ou s’associent avec des entreprises étrangères. Enfin, il excelle dans les industries de pointe : électronique, robots, audiovisuel, électroménager (Sony, Fujitsu, Hitachi), et dans les biotechnologies.

L’essentiel
Le Japon est devenu la seconde puissance économique mondiale grâce à ses capacités d’innovation et ses qualités commerciales.

 

B) Le Japon dans le monde

a. Le Japon après 1945

Ruiné en 1945, le Japon bénéficie à partir de 1947 de l’aide américaine et plus encore après la naissance de la Chine communiste. A partir de 1960, le Japon connaît un essor remarquable.

b. La 3ème puissance mondiale

Le Japon assure 15 % de la production industrielle mondiale.

La puissance économique, financière et commerciale du Japon en fait un concurrent des Etats-Unis et de l’Union européenne, mais il reste une puissance politique et militaire mineure. De plus, sa dépendance alimentaire, minière et énergétique, le vieillissement de sa population, les évolutions sociales récentes (chômage, violence), ainsi que la crise financière de 1997 ne permettent pas de le classer au rang de superpuissance.

Largement dépendante pour ses matières premières, énergie et produits alimentaires, l’économie japonaise est logiquement tournée vers l’extérieur. Elle protége son marché intérieur en érigeant sans cesse des normes, mais elle développe ses exportations d’électronique, audiovisuel, transports. Face aux stratégies des sociétés de commerce appartenant aux firmes, les entreprises étrangères doivent accroître leur productivité. Le Japon réalise l’essentiel de ses échanges avec la Triade (Etats-Unis surtout).

Ces ressources énergétiques et minières sont très insuffisantes (doit importer 250mt de pétrole par an, soit 99.8% de sa consommation ).

b. Le Japon créancier et investisseur

Les excédents dégagés par les échanges permettent au Japon d’être le deuxième investisseur de la planète : réalisés pour les deux tiers dans la Triade, dont la moitié aux Etats-Unis, ils sont dirigés vers l’industrie automobile et électronique, mais surtout vers les services (immobilier, finances et assurances) et l’art. Le Japon est aussi créancier, des Etats-Unis à l’Asie, grâce à des banques très puissantes.

L’essentiel
Dépendant de ses importations alimentaires et énergétiques mais aussi de ses exportations industrielles, le Japon est l’un des pôles du commerce et des investissements mondiaux.

c. Le Japon en Asie du Sud-Est

En revanche, le Japon apparaît comme une véritable puissance régionale : il est le moteur de développement des pays d’Asie du Sud-Est, dont il est le premier partenaire commercial, le premier investisseur et parfois, grâce aux délocalisations, le premier entrepreneur.

B) Les limites de la puissance

a. Une économie fragile

La dépendance face à l’étranger et la spéculation boursière entachée de scandales politico-financiers sont deux faiblesses de l’économie japonaise. Depuis le début des années 1990, le pays connaît une grave crise économique, avec l’un des plus faibles taux de croissance des pays industrialisés ces dernières années. La cohésion sociale a tendance à s’effriter (sectes, manifestations...).

b. Une puissance incomplète

Le Japon n’est pas une puissance militaire et diplomatique. Il est toujours sous l’autorité militaire des Etats-Unis et il hésite à s’engager dans le règlement des conflits de la planète.

L’essentiel
Le Japon reste une grande puissance économique mais il connaît depuis dix ans une grave crise économique et sociale. Il ne joue, de plus, aucune rôle sur la scène politique mondiale.

 

III) la société japonaise

La hiérachisation, les traditions, le système scolaire (plus les cours du soirs), le groupe (le ié), nous rendent cette société peu compréhensible. On préfère garder des jours de congès pour le cas ou l’on tomberait malade… Mais on tombe malade de trop travailler, de vivre plus avec ses collègues même le soir qu’avec sa famille.

L’essentiel
Le Japon ne joue qu’un rôle secondaire dans la vie politique internationale, mais est un partenaire essentiel pour ses voisins asiatiques.

 

 

Chap 3 : L’Union européenne

L’Union européenne, puissance économique et commerciale

Puissance politique et diplomatique en devenir, l’UE est d’abord un monstre économique et commercial, qui réalise un cinquième de la production mondiale.

I) Les bases de la puissance économique européenne

A) Une puissance agricole

L’UE est le deuxième producteur agricole du monde après les Etats-Unis.Elle possède une agriculture moderne, mécanisée, à forte productivité, dans les domaines du vin, des céréales et de l’élevage. La PAC protège son marché.

B) Une puissance industrielle

Grand foyer industriel, l’UE a vu ses activités traditionnelles décliner, se moderniser, ou se délocaliser au prix de licenciements. Inversement, les entreprises high-tech (aéronautique, télécommunications) sont en plein essor et multiplient les fusions pour faire face aux concurrences du Japon et des Etats-Unis.

C) Une puissance tertiaire

L’UE est avant tout un pôle tertiairepar son tourisme (1er rang mondial) et ses entreprises au rayonnement international dans le monde de l’assurance et de la banque (Axa, Lloyd).

L’essentiel
L’Union européenne est une grande puissance économique fondée sur des activités variées et modernes. Cependant, c’est un ensemble au développement hétérogène.

II) La première puissance commerciale du monde

A) 40 % des échanges mondiaux

L’UE est au cœur des échanges mondiaux dont elle représente 40 %.Ses principaux partenaires sont les deux pôles de la Triade ; de nombreuses multinationales européennes investissent d’ailleurs chez ces deux puissances. Ce sont les pays en développement qui apportent hydrocarbures et produits de main-d’œuvre.

B) Un marché commun qui stimule les échanges

Les pays de l’UE commercent d’abord entre eux.Cela est facilité par la libre-circulation des marchandises et la monnaie unique. Les flux et la dépendance des Etats entre eux sont d’autant plus forts que les entreprises dispersent leur production parmi tous les membres.

C) Un marché intérieur actif

Le haut niveau de vie et la population offrent de larges débouchés. Sa technologie, ses transports, sa main-d’œuvre qualifiée, le marché unique, sont des atouts pour les investissements des entreprises étrangères.

D) La politique commerciale de l’Union européenne

L’UE a une triple politique commerciale.Elle accepte les règles du libre-échange imposées par l’OMC tout en se protégeant. Elle s’ouvre aux autres pays européens (AELE). Par les accords de Lomé, elle ouvre son marché aux pays pauvres.

L’essentiel
L’Union européenne est le premier pôle commercial mondial, puisqu’elle réalise 40 % des échanges mondiaux. L’essentiel de ces échanges se font à l’intérieur de l’Union européenne.

 

III) Les limites de la puissance européenne

A) Une puissance hétérogène

L’UE est cependant une puissance hétérogène. Le Nord-Ouest riche, intégré à l’économie-monde, coexiste avec une périphérie (Grèce, Allemagne de l’Est) plus marginale. Même si l’UE a une puissance économique équivalente à celle des Etats-Unis et deux fois supérieure à celle du Japon, aucun Etat, individuellement, n’est capable de rivaliser seul avec les deux autres pôles de la Triade.

B) Un chômage qui reste fort

L’UE connaît cependant une croissance moindre et un chômage supérieur aux Etats-Unis. Elle ressent davantage la pression des entreprises quant au coût de sa main-d’œuvre et aux acquis sociaux.

C) Une monnaie qui peine à s’imposer

Après des débuts difficiles, l’euro retrouve une certaine santé. Cependant, le dollar reste la monnaie privilégiée des échanges mondiaux aujourd’hui.

L’essentiel
L’UE constitue l’un des pôles de la Triade du fait de son poids économique et commercial. Elle a cependant encore du mal à rivaliser avec les Etats-Unis et à lutter contre la puissance du dollar.

 

Free counter and web stats

Haut de la page