Revenir à l'accueil
Revenir au choix des cours

 

Cours de 6ème d'histoire et de géographie

Aller directement au plan géographie

HISTOIRE

 

Chap 1 : Naissance des civilisations *

1. La révolution du Néolithique *

a. Les hommes inventent l'agriculture *

b. Quelle est l'influence de cette invention sur les hommes ? *

2. Comment s'organisent les hommes ? *

a. La naissance des villes *

b. Le développement de l'artisanat *

b. L'écriture pour compter et conter *

CHAP 2 : L'Egypte ancienne : le pharaon, les dieux et les hommes *

1. L'Egypte et le Nil *

a. L'Egypte, un désert *

b. Le Nil, une richesse pour l'Egypte *

2. Comment s'organise la société ? *

a. Une société inégalitaire *

b. Le peuple de la vallée *

c. Le culte rendu aux dieux *

3. Pharaon, roi et dieu *

a. Une monarchie divine *

b. Des tombeaux gigantesques *

Divinités et croyances dans l'Egypte ancienne *

1. L'Egypte, « terre des dieux » *

a. Un peuple polythéiste *

b. Un culte minutieusement réglé *

2. Les Egyptiens en quête de la vie éternelle *

a. Les rites funéraires du passage dans l'au-delà*

b. Le mythe du passage *

 

Chap 3 : Le peuple de la Bible : les Hébreux *

1. L'histoire du peuple hébreux *

a. Un peuple nomade à la recherche d'une terre *

b. De l'unité politique à la perte du territoire *

2. Le premier peuple monothéiste *

a. La croyance en un seul Dieu *

b. Le culte *

c. les fêtes *

3. La Bible (du grec Ta Bib Lia = le Livre) *

a. Un livre d'histoire *

b. Un texte de morale *

 

Chap 4 : La Grèce antique *                                                                                        

1. Le monde grec *

a. Où vivent les Grecs ? *

b. Les Grecs ont la même culture *

c. Les Grecs ont les mêmes fêtes *

2. Athènes au Ve siècle avant J.-C. *

a. Athènes crée un empire *

b. Vivre à Athènes *

3. L'épopée d'Alexandre le Grand *

a. L'aventure d'Alexandre *

b. L'hellénisme, une nouvelle civilisation *

Chap 5 : Rome, de la République à l'Empire *                                                    

1. La cité *

a. Les origines de Rome entre légende et histoire *

b. La cité au temps de la République *

c. Les débuts de l'impérialisme *

2. L'Empire romain *

a. La fin de la République *

b. Le pouvoir impérial *

c. La paix romaine *

3. La civilisation romaine *

a. Une civilisation urbaine *

b. Comment vivent les Romains ? *

c. La Gaule province romaine *

Chap 6 : Les débuts du christianisme *                                                                    

1. Qui est Jésus ? *

a. Les épisodes de la vie de Jésus *

b. Le message de Jésus se veut universel *

2. La diffusion du christianisme *

a. Le christianisme se répand à l'intérieur de l'Empire *

b. Des persécutions à la victoire *

3. L'organisation de l'Eglise *

a. Qu'est-ce que l'Eglise ? *

b. Une nouvelle architecture apparaît *

Chap 7 : La fin de l'Empire romain en Occident et les héritages de l'Antiquité *

1. De l'Empire menacé à sa chute *

a. Les menaces barbares *

b. Comment se défend l'Empire ? *

c. La chute de l'Empire romain d'Occident *

2. Les héritages de l'Antiquité *

a. L'agriculture *

b. L'écriture et les œuvres artistiques *

c. L'héritage religieux *

d. La politique *

 

GEOGRAPHIE

 

Partie 1 : Les grands repères géographiques du monde *

Chap 1 : La répartition des hommes sur la Terre *

1. La population de la Terre est inégalement répartie *

a. Les formes du peuplement *

b. Cette répartition va continuer à évoluer *

2. D'où vient cette répartition ? *

a. Les difficultés de la nature expliquent les régions vides *

b. Les raisons historiques *

c. Les raisons économiques *

Chap 2 : Les climats de la Terre *

1. Les zones de chaleur *

a. Les cinq zones de chaleur *

b. Le rôle de l'océan et des montagnes *

2. Des précipitations également variables *

a. Les régions humides *

b. Les zones sèches *

3. Les climats et les milieux de vie *

a. Qu'est-ce que le milieu de vie ? *

b. L'influence du milieu de vie sur les hommes *

Chap 3 : Les continents et leur relief *                         

1. Vocabulaire *

a. Les montagnes *

b. Les plaines et les plateaux *

2. La localisation des montagnes *

a. La dérive des continents *

b. La formation des chaînes de montagnes *

3. Le relief influence la répartition des hommes sur la Terre *

a. Les hommes se concentrent plutôt dans les plaines *

b. Les contraintes des montagnes *

c. Les atouts des montagnes *

 

Partie 2 : Les grands types de paysages *                     

Chap 1 : Des paysages urbains *

1. De plus en plus citadins *

a. La croissance des villes dans les pays « riches » *

b. Les villes sont de plus en plus grandes *

c. La croissance des villes dans le reste du monde *

2. Les différentes sortes de villes dans le monde *

a. Les villes des pays « riches » *

b. Les villes des pays « pauvres » *

Chap 2 : Des paysages ruraux *                               

1. Les campagnes peu peuplées des pays industrialisés *

a. Qu'est-ce que la campagne ? *

b. En Amérique du Nord *

c. En Europe *

2. Les campagnes peuplées des pays en voie de développement *

a. Des cultures vivrières pour nourrir une population nombreuse *

b. Les grandes plantations tropicales *

3. L'allure des paysages dépend aussi des milieux de vie *

a. Milieux de vie et types d'agriculture *

b. Des exploitations caractéristiques *

Chap 3 : Des paysages peu peuplés *                             

1. Quelles sont ces régions peu peuplées ? *

a. Dans les déserts chauds *

b. Dans les déserts froids *

c. La forêt dense *

d. Les habitants des hautes montagnes *

2. L'évolution actuelle des paysages peu peuplés *

a. Certains lieux voient leur population diminuer *

b. Certains paysages sont mis en valeur *

 

 

 

 

6ème Histoire

Chap 1 : Naissance des civilisations   

1. La révolution du Néolithique                                                             

a. Les hommes inventent l'agriculture

Le Néolithique est une période de la Préhistoire. C'est l'âge de la pierre polie. A la suite de changements climatiques, les hommes abandonnent la chasse et la cueillette pour l'agriculture et l'élevage.

L'agriculture est née dans le Croissant fertile, territoire qui est compris entre les fleuves Tigre et Euphrate en Mésopotamie. Les premières plantes cultivées sont les céréales, qui deviennent, et pour longtemps, la base de l'alimentation humaine.

b. Quelle est l'influence de cette invention sur les hommes ?

Les hommes devenus agriculteurs ne se déplacent plus : ils ne sont plus nomades mais sédentaires. Ils se regroupent dans des villages et l'habitat est d'abord en bois et en boue séchée.
L'activité agricole conduit les hommes à perfectionner leurs outils. Le stockage des graines entraîne l'invention de la poterie. L'élevage permet de récupérer la laine des moutons pour tisser des vêtements.

Ces protections sont l'objet d'échanges. Le commerce se fait alors par le troc.

L'essentiel

L'agriculture est née dans le Croissant fertile en Mésopotamie au VIIIe millénaire avant J.-C. Elle transforme la vie des hommes qui se sédentarisent

2. Comment s'organisent les hommes ?                         

a. La naissance des villes

C'est dans le Croissant fertile que naissent les villes. L'archéologie a permis de retrouver les traces de villes très importantes comme Ur.

Les villes sont gouvernées par des rois. Chaque ville honore des dieux : les hommes sont polythéistes. Des temples sont construits et les prêtres s'occupent du culte. L'Europe se couvre ainsi d'énormes monuments religieux faits de grosses pierres, les mégalithes, comme les dolmens ou les alignements de menhirs.

b. Le développement de l'artisanat

Les hommes se spécialisent : à côté des agriculteurs apparaissent alors des artisans, c'est-à-dire des personnes dont le métier est de fabriquer des objets.

En Mésopotamie, les archéologues ont retrouvé des statues, des bijoux et des outils en or mais aussi en bronze. Le travail des métaux, la métallurgie, est né.

b. L'écriture pour compter et conter

Les hommes ont besoin de compter ces nouvelles productions. Ils mettent au point un système de signes, l'écriture.

La première écriture est composée de pictogrammes, c'est-à-dire de dessins qui représentent des objets ou des idées. Les Mésopotamiens utilisent ensuite les signes cunéiformes, tandis que les Egyptiens écrivent en hiéroglyphes. Ce sont les Phéniciens qui inventent le premier alphabet vers 1200 avant J.-C.

L'écriture est utilisée aussi pour raconter des histoires : c'est l'apparition de la littérature.
Pour les historiens, l'écriture marque la fin de la Préhistoire et le début de l'Histoire. Les hommes entrent dans l'Antiquité.

L'essentiel

Les hommes forment des sociétés et utilisent l'écriture à partir du IVe millénaire avant  J.-C. Ils créent les premières civilisations.

 

Repères
A partir du VIIIe millénaire avant J.-C : naissance de l'agriculture

A partir du IVe millénaire avant J.-C : naissance de l'écriture

 

 

CHAP 2 : L'Egypte ancienne : le pharaon, les dieux et les hommes   

1. L'Egypte et le Nil 

a. L'Egypte, un désert

L'Egypte se situe dans le Nord-Est du continent africain. Elle appartient au domaine désertique chaud.

Ce désert est traversé du Sud au Nord par le Nil qui se jette dans la mer Méditerranée en formant un vaste delta. Chaque année, sa crue apporte une boue noire, le limon, qui permet d'obtenir de bonnes récoltes.

b. Le Nil, une richesse pour l'Egypte

Grâce au Nil, les Egyptiens produisent des céréales. Ils améliorent leur production en pratiquant l'irrigation.

Le Nil est aussi une voie de communication : les bateaux circulent chargés de marchandises.
Les Egyptiens récoltent dans le Nil une plante qui est très utile : le papyrus. Il est alors utilisé comme une sorte de papier.

L'essentiel

Sans la crue du Nil, l'Egypte serait un grand désert. Toutes les activités sont concentrées sur ses rives.

 

2. Comment s'organise la société ?

a. Une société inégalitaire

La société égyptienne est très hiérarchisée. Au sommet, le pharaon dirige son pays. Il est aidé de son vizir et de nombreux fonctionnaires : les scribes. Le peuple de la vallée produit les richesses.

b. Le peuple de la vallée

L'Egypte est surtout une société agricole. Les paysans ne possèdent pas la terre. Ils versent des taxes.

Les artisans ont une meilleure vie que les paysans. Ils travaillent souvent à la construction des temples et des tombeaux.

c. Le culte rendu aux dieux

Les Egyptiens sont polythéistes. Ils pensent que rendre un culte à ces dieux évite à l'Egypte de connaître des désordres climatiques ou la famine. Toutefois, seuls les prêtres ont le droit de pénétrer dans les temples.

Les Egyptiens croient à une vie après la mort. Tout comme le dieu Osiris, ils espèrent connaître la vie éternelle. Des formules magiques, écrites à l'aide de hiéroglyphes, accompagnent le corps momifié du défunt.

L'essentiel

La société égyptienne est inégalitaire et agraire. Les Egyptiens sont polythéistes.
Les dieux protègent les hommes et assurent l'harmonie sur Terre : c'est pourquoi un culte leur est rendu.

3. Pharaon, roi et dieu

a. Une monarchie divine

Depuis le IIIe millénaire avant J.-C., le pharaon est roi de la Haute et de la Basse-Egypte. La monarchie lui donne tous les pouvoirs : politiques, militaires et religieux. Memphis, puis Thèbes, est la capitale du royaume.

Le pharaon n'est pas seulement un roi : il est vu aussi comme un dieu.

(Ce roi, considéré comme fils de dieu, et même comme un dieu, a une autorité sans limite sur les hommes et les choses. Les Egyptiens lui doivent une fidélité sans faille, fidélité au nom de laquelle ils construisent les pyramides au prix d'un travail harassant.
Cependant, le pharaon a aussi des devoirs vis-à-vis de son peuple. Il doit faire régner la justice et la paix ; il doit assurer la nourriture de son peuple toute l'année, en organisant par exemple les travaux agricoles. )

b. Des tombeaux gigantesques

Les pharaons sont considérés comme les fils d'Osiris. Ils sont enterrés dans des tombeaux : les pyramides. Les plus célèbres sont celles de Chéops, Chéphren et Mykérinos. Comme pour tous les morts, leur corps est embaumé, c'est-à-dire momifié et placé dans un sarcophage avec les objets qui doivent leur permettre d'accéder à la vie éternelle.

L'essentiel

Le pharaon est un dieu vivant. Il a tous les pouvoirs. Les pyramides sont les tombeaux des pharaons.
La civilisation égyptienne a duré près de 3 000 ans. Si l'Egypte antique a connu une histoire aussi longue, cela est dû à sa société très organisée. C'est un des premiers Etats de l'Antiquité.

 

Repère

IIIe au Ier millénaire avant J.-C. : civilisation égyptienne

 

 

Divinités et croyances dans l'Egypte ancienne

La religion occupe une grande place dans la vie des Egyptiens de l'Antiquité. Selon Hérodote, un écrivain grec de l'Antiquité, ils sont « les plus religieux de tous les hommes ».

1. L'Egypte, « terre des dieux »

a. Un peuple polythéiste

Les Egyptiens adorent de très nombreux dieux et déesses : ils sont polythéistes. Chaque village, chaque ville, vénère une divinité particulière, même après l'unification de l'Egypte en – 3100. Quelques-uns dominent : Rê, puis Amon, deux dieux du Soleil qui se fondent ensuite en une seule divinité ; mais les gens du peuple adorent surtout Osiris, dieu de la vie éternelle ; c'est à son fils Horus qu'ils assimilent parfois le pharaon. Certains dieux sont représentés avec des têtes d'animaux, car les premiers Egyptiens vénéraient les bêtes : ainsi Horus a une tête de faucon, Anubis est un chacal... Chaque dieu a une fonction particulière : Maât déesse de la justice, Seth dieu du mal et du désert.

b. Un culte minutieusement réglé

Aux yeux des Egyptiens, il faut rendre un culte aux dieux, créateurs du monde, afin que sa fin n'arrive pas. Ils pensent que les divinités habitent les statues qui les représentent : c'est pourquoi les prêtres, accompagnés de pharaon, les lavent, les habillent, les nourrissent, leur font des offrandes, les couchent dans les centaines de temples dont l'entrée est interdite aux simples Egyptiens. Ceux-ci peuvent vénérer les statues promenées sur des barques sacrées lors des fêtes, et prier les dieux dans l'intimité de leur foyer. Le pharaon est donc le véritable intermédiaire entre les dieux et eux.

L'essentiel

Les Egyptiens sont polythéistes ; ils rendent un culte à leurs très nombreux dieux afin que le monde soit harmonieux.

2. Les Egyptiens en quête de la vie éternelle

a. Les rites funéraires du passage dans l'au-delà

Les Egyptiens croient qu'il existe une vie après la mort. Ils s'inspirent ainsi du mythe du dieu Osiris. Après avoir été découpé en morceaux et jeté dans le Nil par son frère jaloux Seth, sa femme Isis aurait reconstitué son corps par des rites magiques, et son âme (le ka), l'aurait ensuite rejoint. C'est pourquoi les Egyptiens préservent le corps du défunt par la momification : après avoir retiré les viscères et le cerveau, le cadavre est embaumé (rempli d'aromates), desséché et entouré de bandelettes. Puis le corps est mis dans un cercueil de bois, le sarcophage, et porté au tombeau. Des mastabas, puis des pyramides et enfin des hypogées abritent ceux des pharaons et des riches ; des offrandes de nourriture et des statuettes sont déposées, des fresques sont peintes dans les chapelles situées dans ces tombeaux.

 

b. Le mythe du passage

Grâce aux Livres des morts, retrouvés dans les tombes, on sait comment les Egyptiens de l'Antiquité imaginent ce passage. Selon eux, les morts sont emmenés par Anubis dans le tribunal du royaume souterrain d'Osiris, dieu de la vie éternelle. On y pèse leur cœur dans une balance : s'il est plus lourd que la plume de Maât, déesse de la justice, la Dévorante (un monstre) n'en fera qu'une bouchée ; s'il est plus léger, le mort sera présenté par Horus à Osiris et poursuivra ses activités terrestres dans le royaume souterrain, tandis que le jour il s'unira au soleil.

L'essentiel

Les Egyptiens considèrent la mort comme un passage dans une autre vie, l'au-delà. Un ensemble de rites accompagnent le mort et l'aident à « survivre ».

 

Chap 3 : Le peuple de la Bible : les Hébreux

 

Hébreu signifie « celui qui passe ». Ce mot désigne les membres de la tribu d'Abraham et leurs descendants. Ce peuple nomade vit dans le Croissant fertile. (de Mésopotamie à Canaan puis Egypte et Palestine)

1. L'histoire du peuple hébreux                                                            

a. Un peuple nomade à la recherche d'une terre

La Bible raconte l'histoire des Hébreux. Dieu aurait promis au patriarche Abraham le pays de Canaan. Victimes de la famine, les Hébreux sont contraints de s'installer en Egypte.
Maltraités, ils partent d'Egypte guidés par Moïse. C'est l'Exode. (- 1300)

b. De l'unité politique à la perte du territoire

Installés en Terre promise (la Palestine) à partir de 1200 avant J.-C., ils fondent un royaume dont Jérusalem devient la capitale sous le règne du roi David (l'étoile à six branches peinte sur le bouclier de David devient par la suite un symbole juif). Le roi Salomon fait construire le Temple de Jérusalem. Le royaume divisé en 2 (roy. d’Israël au N, de Juda au S), attaqués par les Assyriens puis par les Babyloniens, les habitants furent déportés.

En 63 avant J.-C., ils tombent sous la domination des Romains. De nombreux Hébreux quittent leurs terres. Désormais, appelés peuple juif, les Hébreux se dispersent autour de la Méditerranée : c'est la Diaspora. Ils attendent la venue du Messie qui les libèrera, venue annoncée par des prophètes comme Isaïe ou Daniel.

L'essentiel

Selon la Bible, Dieu a conclu une alliance avec les Hébreux. Ils forment un royaume mais sont dispersés par des conquérants.

2. Le premier peuple monothéiste 

a. La croyance en un seul Dieu

Les Hébreux croient en un seul Dieu, Yahvé : ils sont monothéistes. A la suite de la Diaspora, ils attendent un Messie qui doit faire renaître Israël, la Terre promise.

b. Le culte

Les Hébreux obéissent aux Dix Commandements (décalogue) remis par Yahvé à Moïse au mont Sinaï (Tables de la Loi transportés dans l’Arche d’Alliance au Temple). Le samedi (shabbat) est le jour du repos et de prière. Ils ne mangent pas de porc ni de crustacés.

Le Temple de Jérusalem construit par Salomon est l'unique lieu de culte. Après sa destruction par les Romains, ils se réunissent dans des synagogues. Prière dirigée par un rabbin.

c. les fêtes

Yom Kippour (fête du pardon), la Pâque qui rappelle la sortie d’Egypte et la Pentecôte, le don de la loi à Moïse.

L'essentiel

La religion juive comporte des règles de vie très strictes. Les Hébreux doivent les respecter pour conserver l'alliance avec Yahvé.

3. La Bible (du grec Ta Bib Lia = le Livre)

a. Un livre d'histoire

La Bible hébraïque (l’Ancien Testament) est un texte qui comporte des légendes et des croyances. Mais des découvertes archéologiques confirment certains faits historiques. Ecrite en hébreu vers le Xe siècle avant J.-C., elle nous permet de connaître l'histoire du peuple hébreu. Elle est composée de récits, de la loi ou Torah, de prophéties, de psaumes (poèmes)

b. Un texte de morale

La Bible est également un texte de morale. En effet, sur les dix commandements, six cherchent à limiter la violence entre les hommes. La première partie de la Bible est la Torah qui fixe les règles relatives au culte, à la morale ou à la vie quotidienne (par exemple en imposant la circoncision des garçons à la naissance).

L'essentiel

Les Hébreux sont désormais appelés les Juifs et leur religion est le judaïsme.

Repère

IIème- Ier millénaire avant J.-C. : le temps de la Bible Faire Frise Chrono

 

 

Chap 4 : La Grèce antique 

1. Le monde grec                                                                                      

a. Où vivent les Grecs ?

Les Grecs vivent dans des cités (polis), dans le milieu méditérranéen. Ce sont des territoires composés d'une ville et d'une campagne. Chaque cité est indépendante.

Entre le VIIIe et le VIe siècle avant J.-C., quelques Grecs quittent la Grèce. Ils créent de nouvelles cités le long des côtes de la Méditerranée. Ce sont des colonies.

b. Les Grecs ont la même culture

Les Grecs parlent la même langue et utilisent un alphabet. Ceux qui ne parlent pas le grec sont appelés des barbares.

Ils sont polythéistes et ont les mêmes dieux. Les aventures des dieux de l'Olympe et du héros Ulysse apparaissent dans les chants du poète Homère : l'Iliade et l'Odyssée.

c. Les Grecs ont les mêmes fêtes

Les Grecs se réunissent lors des Jeux d'Olympie. Cette compétition leur permet d'imiter leurs héros.
Elle permet aussi aux cités de faire la paix à cette occasion et donc de refaire leur unité.

L'essentiel

Les Grecs élargissent leur territoire en s'installant tout autour de la Méditerranée. Ils vivent dans des cités indépendantes, mais ils ont conscience d'appartenir à la même civilisation.

2. Athènes au Ve siècle avant J.-C.

a. Athènes crée un empire

Lors des batailles de Marathon (- 480) et de Salamine (- 490), les Grecs de la cité d'Athènes sont victorieux des Perses. Ils deviennent puissants et dominent les autres cités grecques. Ils ont une politique impérialiste.

Au cours du Vème siècle, les Athéniens réussissent à devenir les maîtres d'un empire. Cet empire s'effondre lors de la guerre du Péloponnèse (- 431, - 404) contre ses anciens alliés grecs.

b. Vivre à Athènes

A Athènes, le pouvoir appartient aux citoyens. C'est une démocratie. Mais les femmes, les esclaves et les étrangers sont exclus du pouvoir.

Les citoyens se rassemblent au théâtre et fréquentent les écoles de philosophie. Toute la communauté d'Athènes se retrouve durant les Grandes Panathénées. Elle défile jusqu'au temple du Parthénon qui se trouve sur la colline de l'Acropole.

Athènes est un grand centre de commerce. Son port, le Pirée, a des échanges commerciaux avec toute la Méditerranée.

L'essentiel

Au Ve siècle avant J.-C., Athènes domine militairement et culturellement la Méditerranée. Elle s'enrichit par le commerce.

3. L'épopée d'Alexandre le Grand

a. L'aventure d'Alexandre

La Grèce tombe sous la domination du roi de Macédoine, Philippe II. Son fils, Alexandre, réussit à conquérir un immense empire qui va de la Grèce au fleuve Indus en Asie.
Il meurt en 323 avant J.-C. Ses généraux se partagent son empire qui éclate en royaumes.

b. L'hellénisme, une nouvelle civilisation

Alexandre le Grand a tenté de rapprocher les Grecs et les Orientaux. Les villes qu'il fonde comme Alexandrie d'Egypte et Pergame reflètent bien cette nouvelle civilisation qui a pour nom l'hellénisme.

La culture et la langue grecques se mélangent à l'Orient. Les échanges deviennent importants et favorisent la diffusion des connaissances scientifiques.

L'essentiel

En dix ans, Alexandre le Grand fonde un empire qui rassemble l'Orient et l'Occident.
La Grèce et sa culture se sont diffusées largement dans le monde antique.

 

Repères
VIIIe siècle avant J.-C. : les poèmes homériques

490 avant J.-C. : la bataille de Marathon

Milieu du Ve siècle avant J.-C. : apogée d'Athènes

Deuxième moitié du IVe siècle avant J.-C. : épopée d'Alexandre

 

 

Chap 5 : Rome, de la République à l'Empire 

1. La cité                                                                                                     

a. Les origines de Rome entre légende et histoire

D'après la mythologie, des jumeaux (Romulus et Remus) lointains descendants du prince troyen Enée sont élevés par une louve. L'un des deux, Romulus, fonde la ville de Rome en 753 avant J.-C.

L'archéologie confirme l'installation d'un habitat à cette époque.

b. La cité au temps de la République

La ville aux sept collines devient en 509 avant J.-C. une République. La République romaine est aux mains du Sénat et du peuple romain dans lequel deux groupes s'opposent : les patriciens, riches Romains descendants de familles anciennes, et les plébéiens, Romains de moins longue date, artisans ou paysans.

Le pouvoir appartient en réalité aux plus riches : l'aristocratie contrôle la vie politique.

c. Les débuts de l'impérialisme

A la fin du Ier siècle avant J.-C., la cité de Rome contrôle un territoire qui va de l'Egypte à la Gaule. La mer qui sert à leurs échanges est la Méditerranée.

Ces conquêtes sont dues surtout à l'armée qui est très disciplinée. Chaque légion est très mobile et organisée.

Les généraux augmentent leur gloire auprès de Rome. César est celui qui bat les Gaulois et leur chef Vercingétorix à Alésia en 52 avant J.-C. De retour à Rome, il se fait nommer dictateur. Mais il est assassiné par les défenseurs de la République.

L'essentiel
La République romaine tombe peu à peu entre les mains des généraux. L'équilibre entre le Sénat et le peuple n'existe plus.

 

2. L'Empire romain

a. La fin de la République

Octave, le fils adoptif de César, rétablit la paix à Rome. Il reçoit le titre d'Auguste. Il conserve les institutions de la République mais en réalité le pouvoir est impérial.

b. Le pouvoir impérial

Auguste impose son pouvoir personnel. Il a tous les pouvoirs. Le plus important est sans doute le titre d'Imperator : le chef des armées.

Ses successeurs se font diviniser de leur vivant : dieux vivants, ils reçoivent un véritable culte.

c. La paix romaine

Au IIe siècle après J.-C., l'Empire est à son apogée. Des fortifications le protègent des invasions barbares.

Sa prospérité est aussi économique. Les voies romaines favorisent les échanges.

L'essentiel
Auguste conserve les apparences de la République mais il crée pourtant un Empire.

 

3. La civilisation romaine

a. Une civilisation urbaine

Les Romains fondent de nouvelles villes dans tout l'Empire. Chaque ville est à l'image de Rome.
Chaque ville se pare d'imposants monuments : temples, forums, thermes ou encore arènes.

b. Comment vivent les Romains ?

Au IIIe siècle après J.-C., l'empereur accorde la citoyenneté à tous les individus libres. Les loisirs du citoyen sont les jeux du cirque ou le théâtre.

Les Romains sont polythéistes. Leurs dieux et déesses sont particulièrement proches des dieux grecs.

c. La Gaule province romaine

La Gaule est une province romaine. Les élites gauloises vont peu à peu adopter la civilisation romaine. Cette rencontre entre la culture romaine et la culture celtique crée une nouvelle civilisation : la civilisation gallo-romaine.

L'essentiel
La civilisation romaine se diffuse dans toute l'Europe.

Rome, de simple cité, devient en quelques siècles maîtresse d'un immense Empire. Elle influence durablement les territoires conquis.

 

Repères
Naissance de Rome (VIIIe siècle avant J.-C.)

Alésia (52 avant J.-C.)

Auguste et la fondation de l'Empire (Ier siècle après J.-C.)

Apogée de l'Empire (IIe siècle après J.-C.)

 

 

Chap 6 : Les débuts du christianisme 

1. Qui est Jésus ?                                                                                     

a. Les épisodes de la vie de Jésus

Sa vie nous est connue par les Evangiles. Ces textes sont regroupés dans le Nouveau Testament.
Jésus est un Juif né en Palestine. C'est alors un territoire peuplé d'Hébreux mais sous la domination des Romains. Pour certains historiens, Jésus était peut-être un homme qui voulait libérer son peuple du pouvoir des Romains.

Arrêté par les Romains, il est crucifié sur la croix. La tradition veut qu'il ait ressuscité trois jours plus tard puis rejoint Dieu au bout de quarante jours.

b. Le message de Jésus se veut universel

Jésus se présente comme le Messie. Il réalise des miracles. Il est assisté de douze compagnons, les apôtres qui ont rapporté sa vie et ses paroles.

Il annonce un espoir de salut. Le Christ est considéré comme le fils de Dieu, voire comme Dieu transformé en homme. Ce dernier point n'est pas en accord avec le judaïsme. En 70 après J.-C., le Temple de Jérusalem est détruit : les Juifs qui croient en Jésus se séparent des autres Juifs. Ils deviennent les chrétiens.

L'essentiel
Jésus introduit pour la première fois une religion qui accorde l'espoir d'être sauvé après la mort.

2. La diffusion du christianisme

a. Le christianisme se répand à l'intérieur de l'Empire

Les chrétiens se réunissent dans des assemblées pour célébrer l'eucharistie. Le message se répand grâce à Paul qui fait de nombreux voyages.

Les voies de communication romaines facilitent la diffusion des idées de Jésus qui se propagent peu à peu dans toutes les provinces de l'Empire.

b. Des persécutions à la victoire

Les chrétiens sont persécutés à l'intérieur de l'Empire. En effet, ils refusent le culte de l'empereur. Les martyrs chrétiens suscitent l'admiration et provoquent de nouvelles conversions. Le christianisme triomphe lorsque l'empereur Constantin décide de se convertir et autorise les chrétiens à pratiquer leur religion. En 392, l'empereur Théodose Ier fait du christianisme la religion unique de l'Empire.

L'essentiel
Après des persécutions, le christianisme devient la religion de l'Empire.

 

3. L'organisation de l'Eglise

a. Qu'est-ce que l'Eglise ?

L'Eglise rassemble la communauté des chrétiens. Elle profite de l'organisation de l'Empire et s'organise en diocèses. L'évêque est à la tête de ce territoire.

Le pape s'installe à Rome : il est le successeur de l'apôtre Pierre.

b. Une nouvelle architecture apparaît

Les chrétiens vont construire des bâtiments pour leur culte. Ces églises sont appelées des basiliques.
Ils construisent également des baptistères afin de baptiser les futurs chrétiens.

L'essentiel
En quelques siècles, le message de Jésus est devenu une religion. Cette religion monothéiste se répand dans tout l'Empire.

 

Repères
Début de l'ère chrétienne (vie de Jésus)

Conversion de Constantin Ier (en 312)

 

 

 

 

Chap 7 : La fin de l'Empire romain en Occident et les héritages de l'Antiquité

                                                                                   

1. De l'Empire menacé à sa chute                                                        

a. Les menaces barbares

Les barbares sont ceux qui viennent de l'extérieur de l'Empire romain. Francs, Vandales, Wisigoths sont attirés par les richesses de Rome.

Ils font des razzias ou parfois s'intègrent à l'Empire et se « romanisent » peu à peu.

b. Comment se défend l'Empire ?

Les empereurs construisent des fortifications le long des frontières. Parfois, ils concluent des traités d'alliance.

Pour mieux assurer la défense de l'Empire, ce dernier est divisé en deux. En 395 après J.-C., il existe un Empire romain d'Occident et un Empire romain d'Orient.

c. La chute de l'Empire romain d'Occident

Au Vème siècle, les invasions barbares sont plus violentes. Rome tombe entre les mains des barbares en 476 après J.-C.

Les rois barbares soumettent l'ensemble de l'Europe occidentale. Ils fondent des royaumes barbares, comme le royaume des Francs au nord de la Gaule ou celui des Wisigoths qui s'étend de la Loire au sud de l'Espagne. Leur culture et la civilisation romaine se mélangent et forment une nouvelle civilisation.

L'essentiel
Les expéditions barbares finissent par entraîner la chute de l'Empire romain.

 

2. Les héritages de l'Antiquité

a. L'agriculture

En inventant l'agriculture, l'homme a changé sa façon de vivre. Mais il a aussi appris à s'adapter et à modifier son environnement.

b. L'écriture et les œuvres artistiques

L'écriture a facilité la communication entre les hommes. Elle a permis également de mettre par écrit des livres comme la Bible. Les mythes et les écrits gallo-romains ont fortement inspiré notre culture littéraire. Nos langues et nos alphabets sont des héritages antiques.
Aujourd'hui, notre calendrier garde les traces de toutes ces civilisations. Il s'articule autour de la naissance du Christ, qui marque le début de notre ère.

Les monuments construits par les hommes appartiennent désormais à notre patrimoine mondial, des pyramides d'Egypte à l'Acropole d'Athènes par exemple.

c. L'héritage religieux

Les Hébreux ont introduit la première religion monothéiste. La Bible hébraïque est à la base de toutes les grandes religions monothéistes actuelles. La religion dominante de l'Europe d'aujourd'hui (et de nombreuses autres régions du monde), le christianisme, est née dans l'Orient romain.

d. La politique

L'Antiquité nous a légué la politique. L'expérience grecque a permis d'élaborer une nouvelle forme de gouvernement : la démocratie, tandis que nous devons aux Romains le mot de République.

L'essentiel
La chute de Rome en 476 après J.-C. marque pour les historiens la fin de l'Antiquité. Les nombreux métissages entre les peuples annoncent de nouvelles civilisations. Les hommes entrent dans une nouvelle période : le Moyen Age.

 

Repères
395 après J.-C. : partage de l'Empire romain

Chute de Rome en 476 (Ve siècle après J.-C .)

 

 

 

GEOGRAPHIE                     

 

Partie 1 : Les grands repères géographiques du monde 

Chap 1 : La répartition des hommes sur la Terre    

1. La population de la Terre est inégalement répartie

6 milliards d'hommes peuplent la Terre, où ils sont très diversement répartis : certaines régions sont vides, d'autres sont très peuplées et denses : on les appelle des foyers de peuplement.

a. Les formes du peuplement

De plus en plus d'habitants de la Terre vivent en ville : il y a près de 50 % d'urbains aujourd'hui. L'autre moitié habite à la campagne, notamment en Afrique et en Asie : c'est la population rurale. Le mode de vie nomade, quant à lui, est en train de disparaître peu à peu.

b. Cette répartition va continuer à évoluer

Les densités se modifient en fonction de l'accroissement naturel et du solde migratoire : même si certains migrent dans les pays riches, les populations d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, ainsi que leur densité, augmentent très vite grâce à leur population qui est jeune.

L'essentiel
6 milliards d'hommes vivent sur la Terre, où ils sont très inégalement répartis. Les foyers de peuplement sont l'Asie de l'Est (Chine), l'Asie du Sud (Inde) et l'Europe.

2. D'où vient cette répartition ? 

a. Les difficultés de la nature expliquent les régions vides

Les régions vides sont des régions soit très froides (comme l'Antarctique), soit très sèches (comme le désert du Sahara), ou très chaudes et humides (comme l'Amazonie touchée par des maladies), ou enfin très hautes (comme l'Himalaya).

Mais il y a des exceptions, comme la montagne des Andes (Pérou), plus saine et plus peuplée que la forêt amazonienne. Autre exemple : l'île de Java en Indonésie est très peuplée, malgré la chaleur équatoriale, car les paysans ont effectué des travaux d'irrigation depuis longtemps : il n'y a pas d'eau stagnante et donc pas d'insectes porteurs de maladies.

b. Les raisons historiques

Les pays les plus peuplés sont des « foyers de peuplement » anciens. C'est le cas de la Chine, de l'Inde et de l'Europe, déjà densément peuplées voilà 2000 ans. Par contre, l'Amérique et l'Australie n'ont été peuplées que depuis 150 ans. Inversement, l'Afrique a été « vidée » de plusieurs millions d'esclaves, emmenés vers l'Amérique aux XVIIe et XVIIIe siècles.

c. Les raisons économiques

Le riz est une plante très nourrissante qui demande beaucoup de soins et donc de nombreux travailleurs. Ainsi les campagnes du Bangladesh nourrissent 930 habitants au km2. La culture de ce légume explique en partie le peuplement important de l'Asie.

L'Europe a connu un fort développement de l'industrie depuis 150 ans : les villes concentrent beaucoup d'habitants. Par exemple une grande ville comme Paris abrite 20 000 habitants au km2.

L'essentiel
Les contraintes naturelles expliquent les faibles densités. Pour les régions peuplées, les causes sont historiques et économiques.

 

 

 

Chap 2 : Les climats de la Terre     

Chaque région de la Terre présente des types de temps différents. Leur succession en un même lieu, au cours d'une année, par exemple, détermine le climat. Le temps est un sujet de conversation fréquent ! En effet, les conditions de vie des hommes en dépendent parfois grandement. On connaît le climat d'un lieu grâce aux températures et à la quantité d'eau qui tombe du ciel : les précipitations.

1. Les zones de chaleur

a. Les cinq zones de chaleur

Il existe cinq zones de températures différentes sur la Terre. Près des pôles, la température ne dépasse pas 10 °C (en moyenne mensuelle) car les rayons sont rasants. Entre les deux tropiques, c'est l'inverse : les rayons du soleil atteignent la Terre verticalement, il fait toujours plus de 20 °C. Entre ces deux zones, les régions tempérées connaissent un hiver et un été bien marqués.

b. Le rôle de l'océan et des montagnes

Les températures sont aussi influencées par la présence de l'océan : il adoucit les températures en hiver et les rafraîchit en été. Au contraire, à l'intérieur des continents, il fait chaud en été et très froid en hiver. L'altitude joue aussi un grand rôle : en montagne, plus l'altitude est élevée, plus il fait froid.

L'essentiel
Le climat dépend d'abord de la chaleur. La Terre est partagée en cinq zones thermiques qui s'étendent entre les pôles et l'équateur.

2. Des précipitations également variables

a. Les régions humides

Les causes des précipitations sont variées, mais des pluies abondantes sont toujours dues à de fortes évaporations au-dessus des océans. Au niveau de l'équateur, les nuages ainsi formés se transforment en pluie, tombant souvent quotidiennement. L'Asie du Sud est exposée à la mousson.

b. Les zones sèches

En revanche, certaines régions sont très sèches et reçoivent moins de 250 mm d'eau par an (25 cm !). Les déserts chauds se trouvent sous les tropiques. Les déserts froids s'étendent au cœur des zones polaires et à l'intérieur du continent eurasiatique.

L'essentiel
Le climat dépend aussi des précipitations. La quantité d'eau qui tombe du ciel peut être très variable, de 10 cm à plus de 2 mètres par an.

3. Les climats et les milieux de vie

a. Qu'est-ce que le milieu de vie ?

Les climats ont une grande influence sur les sols, la végétation et la vie des animaux d'une région. C'est ce qu'on appelle le milieu de vie, qui marque aussi la vie des hommes. De part et d'autre de l'équateur, on trouve des milieux de vie différents. Ils se répartissent en fonction des types de climats.

b. L'influence du milieu de vie sur les hommes

Les climats imposent aux hommes des contraintes mais ils leur offrent aussi des ressources pour leurs activités. Les régions de climats contraignants sont faiblement peuplées, sauf exception permise par des moyens techniques élaborés. Les hommes sont peu nombreux dans les déserts arides comme le Sahara, les déserts froids tels que le Groenland, les zones chaudes et humides des forêts équatoriales comme l'Amazonie.

Dans les régions plus clémentes, le peuplement ne dépend pas du climat. Mais le temps qu'il fait peut avoir une importance économique, comme dans les régions méditerranéennes qui attirent les touristes par leur soleil d'été radieux !

L'essentiel
Les contraintes de certains milieux de vie ont conduit les hommes à les éviter. Les déserts dépourvus d'eau sont aussi des déserts humains.

 

 

Chap 3 : Les continents et leur relief      

Le relief est constitué de creux et de bosses qui accidentent la surface de la Terre.

1. Vocabulaire

a. Les montagnes

Les montagnes se caractérisent par des altitudes élevées et des pentes fortes. Elles sont entaillées par des vallées. Les montagnes anciennes ont été rabotées par l'érosion depuis au moins 400 millions d'années : elles sont devenues basses et arrondies. Les montagnes plus récentes ont « seulement » environ 30 millions d'années : leurs pics sont restés plus découpés.

b. Les plaines et les plateaux

Les plateaux sont plats et hauts : les cours d'eau y ont donc creusé des vallées ou des canyons. Les plaines sont également planes mais elles se trouvent à basse altitude : les rivières coulent en surface et descendent les vallées de l'amont vers l'aval.

L'essentiel
La Terre est marquée par des creux et des bosses : les plaines, les vallées, les plateaux et les montagnes. Ce sont ces éléments qui constituent le relief.

2. La localisation des montagnes

a. La dérive des continents

Les montagnes naissent des mouvements des plaques terrestres. La dérive des continents est le lent déplacement de ces plaques. Lorsque deux plaques entrent en collision, elles se soulèvent l'une sur l'autre. Le relief ainsi créé s'élève pendant quelques millions d'années. La dérive des continents explique aussi l'existence des volcans (l'écorce terrestre se déforme et se déchire, il en jaillit de la lave) et des tremblements de terre (l'écorce terrestre est soumise à de violentes secousses).

b. La formation des chaînes de montagnes

C'est pourquoi les montagnes sont alignées en de longues chaînes bordant les plaques, comme la cordillère des Andes et les Rocheuses en Amérique, les Alpes prolongées par le Caucase en Europe ou l'Himalaya (avec l'Everest à 8 846 mètres d'altitude).

L'essentiel
Les longues chaînes de montagnes sont dues en général à la rencontre de deux plaques et se trouvent donc à leur bordure.

3. Le relief influence la répartition des hommes sur la Terre

a. Les hommes se concentrent plutôt dans les plaines

Les grands foyers de peuplement sont situés dans les plaines près des fleuves. Les hommes y trouvent des sols plats sur lesquels ils peuvent cultiver, construire des maisons et des routes, malgré les risques d'inondations. Les cours d'eau servent aussi aux échanges commerciaux.

b. Les contraintes des montagnes

Les fortes pentes sont un obstacle pour circuler ou pour cultiver. L'agriculture est freinée par le froid, l'humidité et par la neige qui augmentent au fur et à mesure que l'on monte en altitude (on perd 1 °C tous les 180 mètres).

Mais ces contraintes ont pu être contournées par l'ingéniosité des hommes qui ont construit, par exemple, des terrasses.

c. Les atouts des montagnes

Le développement du ski depuis cinquante ans en Europe montre que les contraintes spécifiques à la montagne peuvent devenir des atouts. Pentes, neige et froid sont recherchés et appréciés pour la pratique de ce sport, laquelle a, en retour, revitalisé les montagnes d'Europe.
Les montagnes andines offrent un autre exemple des avantages que peut avoir la montagne.
Plus peuplés que la plaine et situés vers 4 000 mètres d'altitude, les hauts plateaux andins sont plus sains que la vallée de l'Amazonie chaude, humide et infestée d'insectes. La température moyenne annuelle à La Paz en Bolivie est ainsi de 15 °C : c'est un éternel printemps !

L'essentiel
Les hommes se concentrent plutôt dans les plaines, mais certaines montagnes offrent aussi des atouts.

 

Partie 2 : Les grands types de paysages 

Chap 1 : Des paysages urbains 

Un habitant de la Terre sur deux vit en ville, et ce chiffre est en augmentation constante.     

1. De plus en plus citadins

a. La croissance des villes dans les pays « riches »

Une ville ne peut se développer que si la production agricole est suffisamment importante pour nourrir les citadins (les habitants des villes). Les villes n'ont donc commencé à s'agrandir en Europe qu'au XIXe siècle, lors de la révolution industrielle. Les campagnes avaient une main-d'œuvre trop abondante en raison de l'apparition de nouvelles machines : de nombreux jeunes ruraux (habitants des campagnes) sont partis à la ville. Cet « exode rural » était dû aussi au développement des industries qui avaient un besoin important en travailleurs. Aujourd'hui, dans les pays « riches », 3 habitants sur 4 sont des citadins.

b. Les villes sont de plus en plus grandes

Les espaces habités entourant une ville et en relation avec elle sont des banlieues. Une agglomération est composée de banlieues et de la ville-centre. Lorsque la taille des villes est telle qu'elles en rejoignent - qu'elles en « touchent » - d'autres, elles forment des mégapoles (des grandes villes, on dit aussi mégalopoles), comme la mégalopolis américaine qui s'étend sur 500 km de Boston à Washington et rassemble 50 millions d'habitants. Les deux autres concentrations urbaines se situent en Europe (de Londres à Milan) et au Japon (de Tokyo à Osaka).

c. La croissance des villes dans le reste du monde

Les villes des pays « pauvres » s'agrandissent très fortement depuis 1945, en raison des nombreuses naissances et de la venue à la ville des ruraux. Là aussi, ils sont attirés par un meilleur équipement en écoles et en centres de soins. Le nombre de citadins est variable, allant de 40 % en Afrique à 75 % en Amérique latine.

L'essentiel
Depuis le XIXe siècle, les villes se sont fortement agrandies, d'abord dans les pays « riches », puis dans les pays « pauvres ».

2. Les différentes sortes de villes dans le monde

a. Les villes des pays « riches »

Dans les pays « riches », il est de plus en plus difficile de donner une définition de la ville... Les citadins s'installent de plus en plus loin du centre des villes, dans des maisons à la campagne. Mais leur mode de vie reste « urbain » : ils vont faire leurs courses dans des hypermarchés, travaillent dans l'agglomération proche de leur village. Même les agriculteurs ont aujourd'hui un mode de vie urbain : ils bénéficient de l'accès aux soins (ils peuvent consulter des médecins), de l'école, des produits électroménagers, de l'automobile...

b. Les villes des pays « pauvres »

En Afrique, beaucoup de villes ont gardé trace de leur passé colonial, lorsque les pays étaient dominés par les colonisateurs européens. L'ancienne ville « européenne » est aujourd'hui habitée par les citadins riches, à côté de la vieille ville traditionnelle (si elle n'a pas été détruite). Autour, d'immenses banlieues sont occupées par les bidonvilles. Il s'agit de petites maisons construites par les nouveaux citadins, souvent sur des terrains qui ne leur appartiennent pas, parfois sur des zones non constructibles car inondables ou en pente. Les autorités ont tout d'abord essayé de détruire ces quartiers pauvres, mais les habitants revenaient. Aujourd'hui, ils essaient plutôt des les améliorer peu à peu, en les équipant lentement avec l'eau potable, l'électricité et les égouts.

L'essentiel
La forme des villes et le mode de vie urbain varient beaucoup selon les pays.
Les bidonvilles caractérisent les villes des pays pauvres.

 

Chap 2 : Des paysages ruraux   

Les communes rurales ne rassemblent plus que la moitié de la population mondiale, mais constituent encore 90 % des paysages habités.

1. Les campagnes peu peuplées des pays industrialisés

a. Qu'est-ce que la campagne ?

Définir les paysages ruraux semble facile. En fait, la limite n'est pas nette entre la campagne et la grande banlieue, constituée de maisons construites sur les champs. Même à la campagne, les paysans ne sont plus majoritaires. En outre, ils disposent de tout le confort moderne et vivent à présent comme les citadins.

Dans les pays industrialisés, les agriculteurs sont désormais très peu nombreux, formant moins de 10 % des gens qui travaillent. Les jeunes ruraux ont été « chassés » des campagnes par l'utilisation de plus en plus grande des tracteurs. La densité dans les campagnes a donc baissé, se situant en dessous de 50 habitants par km2. Le peuplement des campagnes varie selon les régions du globe.

b. En Amérique du Nord

Aux Etats-Unis et dans les pays neufs en général, les paysages sont géométriques et monotones, car l'agriculture a tout de suite été moderne : il fallait tracer de vastes champs bien rectilignes pour utiliser au mieux les machines.

Les agriculteurs cultivent uniquement pour vendre leurs productions. Ils sont fortement liés à l'industrie qui leur fournit des machines et leur achète leurs récoltes. Grâce aux engrais et à la sélection des graines, un seul agriculteur américain peut nourrir 80 personnes. Cette agriculture commerciale a une productivité élevée.

c. En Europe

Les paysages sont un peu plus variés car ils gardent la trace des aménagements traditionnels. Les agriculteurs européens sont d'ailleurs moins productifs et nourrissent en moyenne 50 personnes chacun. Pour limiter la surproduction agricole, des terres sont mises en jachère : des espaces en friche ont réapparu dans les paysages ruraux.

L'essentiel
Dans les pays industrialisés, les paysans ont été remplacés par les machines dont l'utilisation nécessite un paysage plus géométrique et monotone.

 

2. Les campagnes peuplées des pays en voie de développement

a. Des cultures vivrières pour nourrir une population nombreuse

Les campagnes sont plus peuplées dans les pays en développement car les paysans n'ont pas été remplacés par des machines. La densité peut atteindre 930 habitants par km2 au Bangladesh, où la culture du riz demande beaucoup de soins : le rendement est très fort. La plupart des paysans travaillent pour nourrir leur famille : cette culture vivrière a une productivité faible.

b. Les grandes plantations tropicales

Une partie des paysans travaillent dans d'immenses plantations commerciales appartenant à Nestlé, Michelin... : ces multinationales y font pousser du cacao, du café, de l'hévéa, etc.
Ces plantations se développent souvent aux dépens de la forêt vierge : les arbres sont abattus pour étendre la surface cultivée.

 

L'essentiel 
Les pays en voie de développement présentent deux types de paysages agricoles : les petits champs cultivés par les paysans et les grandes plantations tropicales.

 

3. L'allure des paysages dépend aussi des milieux de vie

a. Milieux de vie et types d'agriculture

Le type d'agriculture est aussi influencé par les conditions du climat et des sols : en Europe, on verra surtout des prés et des vaches en montagne, davantage de céréales dans les grandes plaines.
Le thé, l'ananas, le cacao et le café nécessitent un climat tropical.

b. Des exploitations caractéristiques

Certaines céréales sont caractéristiques de leur continent d'origine : le maïs en Amérique, le blé en Europe et au Proche-Orient, le riz en Asie, le mil et le sorgho en Afrique. Ce n'est qu'une dominante : la culture du riz est en train de progresser dans de nombreux pays.

L'essentiel
Le milieu de vie a une influence sur le choix des plantes cultivées.

 

 

Chap 3 : Des paysages peu peuplés    

Sur les 2/3 de la surface de la Terre, les densités humaines sont inférieures à 2 habitants par km2. Cette faible occupation humaine est due en général à l'hostilité (la difficulté) du milieu de vie.

1. Quelles sont ces régions peu peuplées ?

Malgré les contraintes du milieu de vie, une cinquantaine de millions d'hommes vivent dans les déserts arides et les déserts froids, dans la forêt dense et dans les hautes montagnes. Ces hommes sont peu nombreux, car de tels milieux ne pourraient pas faire vivre de fortes densités humaines. Ils ont déployé beaucoup d'ingéniosité pour subsister.

a. Dans les déserts chauds

Les Touaregs nomades du Sahara se sont adaptés à la rareté de l'eau en se déplaçant pour rechercher des pâturages pour leurs troupeaux. La population sédentaire se concentre dans les oasis.

b. Dans les déserts froids

Au Groenland où l'on ne peut pas cultiver, les habitants vivent essentiellement de la pêche et de l'élevage de rennes, aidés désormais d'engins de transport modernes.

c. La forêt dense

L'Amazonie a longtemps été presque entièrement vide à cause des maladies transmises par les nombreux insectes. Aujourd'hui, des routes ont été créées pour exploiter la forêt et les ressources minières, afin de donner aux paysans pauvres des terres ou du travail dans les plantations.

d. Les habitants des hautes montagnes

Les plus hautes pentes de l'Himalaya sont inhabitées, mais des paysans sont installés sur le haut plateau du Tibet.

La situation des habitants des hauts plateaux andins est un peu différente : les Amérindiens sont installés là depuis longtemps, car ces régions à 3 000 mètres d'altitude étaient plus saines que la forêt amazonienne voisine.

L'essentiel
Une dizaine de millions d'hommes se sont adaptés aux conditions difficiles des déserts arides, des déserts froids, de la forêt dense et des hautes montagnes.

 

2. L'évolution actuelle des paysages peu peuplés

a. Certains lieux voient leur population diminuer

La population tend à diminuer dans le Grand Nord, car les habitants sont attirés par une vie plus facile en ville, ou parce que certains gouvernements tentent de sédentariser les nomades pour mieux les contrôler.

b. Certains paysages sont mis en valeur

Inversement, certaines régions autrefois hostiles sont désormais peuplées ou occupées : des pionniers sont venus pour exploiter leurs richesses en utilisant des moyens technologiques modernes. C'est le cas des forages de pétrole en Alaska, des bases d'observation scientifique en Antarctique, des villes du désert dans les pays pétroliers du Golfe, des essais de cultures modernes dans le désert. Au Brésil, Manaus atteint un million d'habitants.

L'essentiel
Certains lieux hostiles sont désormais occupés par des pionniers venus exploiter les richesses du sous-sol.

cours 6me

Haut de la page